2e David de la CEDEA

Date : 06/06/2018

Lieu : Paris


// COMMUNIQUE DE PRESSE //

 

 

-Les 2e David de l’expertise - 

Remise des prix 6 juin 2018

Restaurant Drouant

 

Présentation de la CEDEA :

 

 La Confédération Européenne des Experts d'Art a été fondée en 1988. Elle regroupe aujourd’hui plus de 480 experts spécialisés, au service des particuliers, des professionnels de l’art, et des instances judiciaires et douanières, en éclairant leurs choix vers les experts reconnus pour leur compétence.

La CEDEA défend la profession d’expert dont le titre n’est toujours pas reconnu et protégé. Elle regroupe cinq chambres d’experts :

La CNES et le SFEP membres fondateurs en 1988, furent rejoints par la CBEOA (Belgique) en 1993, puis par la CEA en 2010 et la FNEPSA en 2011.

La CEDEA entend jouer un rôle dans l’harmonisation des législations nationales en matière d’expertise pour une meilleure protection du consommateur. La CEDEA a adopté un code de déontologie commun en 2003, qui fixe d'une manière générale les droits et devoirs de l'Expert, et les sanctions qui découlent de leur non-respect.

 

Pourquoi ces prix ? :

 

La volonté de la CEDEA est de mettre l’accent sur les formidables talents qui contribuent encore aujourd’hui à donner à la France une place centrale dans le monde de l’Art et de la Culture.

 

Les membres du jury :

 

Géraldine ALBERS (Restauratrice d’œuvres d’art et expert près la Cour d’appel de Paris)

Philippe CHALMIN (Professeur d’histoire économique à l’université Paris-Dauphine, ancien membre du Conseil des Ventes Volontaires)

Alexandre GIQUELLO (Commissaire-Priseur et Directeur de Drouot-Patrimoine)

Annick LEMOINE (Directrice scientifique du Festival de l’histoire de l’art à l’Institut national d’histoire de l’art-INHA).

Guy MOTAIS de NARBONNE (Collectionneur de peinture ancienne, sa collection a fait l’objet d’une exposition au Louvre en 2010, une autre est en préparation au musée d’Orléans)

et

Les membres du conseil d’administration de la CEDEA (Confédération Européenne des Experts d’Art) :

Armelle Baron (Journaliste, expert en peinture ancienne)

Henry Bounameaux (Expert en peinture moderne et contemporaine)

Olivier Delvaille (Expert en peinture XIXe et XXe)

Robert Lorenzelli (Expert en Haute–Époque)

Michel Maket (Expert en peinture XIXe et XXe)

3 prix pour récompenser :

 

L’action menée par une personnalité du monde de l’art

Un ouvrage Art et Littérature. Il s’agit d’un ouvrage avec des qualités littéraires évoquant un domaine précis du domaine de l’art (hors catalogues d’expositions et catalogues raisonnés)

Un site Internet de musée non national : Cinq critères ont été retenus : esthétisme, navigation, informations pratiques, contenu, et référencement.

 

 

Les prix ont été attribués à :

 

Action menée par une personnalité du monde de l’art

 

Bruno RACINE

 

Conseiller d’Etat – Ecrivain

 

Diplômé de l'Institut d'Études Politiques (IEP) et de l'École Normale Supérieure (ENS), d'où il sort agrégé de Lettres classiques.

Il sort de l'ENA à la Cour des comptes où il est nommé auditeur en 1979 puis conseiller référendaire en 1983. Il entre au ministère des Relations extérieures (1983-1986) avant de rejoindre le cabinet de Jacques ChiracPremier ministre, en qualité de chargé de mission (1986-1988).

À partir de 1988, il occupe plusieurs postes de responsabilités dans les domaines culturel et diplomatique :

De 1988 à 1993, il est directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris. Puis il rejoint le cabinet d'Alain Juppéministre des Affaires étrangères, en qualité de chargé de mission auprès du ministre et parallèlement directeur du Centre d'analyse et de prévision (1993-1995), puis le suit à Matignon comme chargé de mission auprès du Premier ministre, plus particulièrement chargé des dossiers stratégiques et culturels (1995-1997).

Promu conseiller-maître à la Cour des comptes (1996), il devient directeur de l'Académie de France à Rome-Villa Médicis (1997-2002) avant d'être nommé président du Centre Georges-Pompidou (2002).

Il est président de la Bibliothèque nationale de France de 2007 à 2016.

Il préside  le conseil d'administration de la Fondation pour la recherche stratégique (depuis 2001) et le Haut Conseil de l'éducation (de 2005 à 2013).

En 2017, il est nommé président de l'Association pour la promotion de la bande dessinée à Angoulême.

Il est membre permanent du jury du Prix des prix littéraires depuis 2011.

Par ailleurs écrivain, Bruno Racine est l'auteur de plusieurs romans dont notamment : Le Gouverneur de Morée (1982, prix du Premier roman), Terre de promission (1986), Au péril de la mer (1991, prix des Deux Magots), La Séparation des biens (1999, Prix La Bruyère de l'Académie française), Le Tombeau de la Chrétienne (2002) et Le côté d'Odessa (2007). Il a également publié deux ouvrages sur l'Italie : L'Art de vivre à Rome (1999) et L'Art de vivre en Toscane (2000), ainsi que de nombreux articles sur la politique étrangère ou culturelle.

 

 

Choix d’un ouvrage

 

Deux prix ex-aequo :

 

Violette FRIS-LARROUY (résumé) :

 Ecrivain et spécialiste de l’art chinois

 

« Dès l'enfance, grâce à son père, Jean-Denis Attiret (1702-1768) se prend de passion pour le dessin et la peinture ; son talent éveille alors l'intérêt d'un mécène qui l'envoie étudier à Rome. De retour en Franche-Comté, par vocation, il entre au noviciat jésuite d'Avignon. Choisi pour partir en Chine, il rencontrera l'Italien Guiseppe Castiglione et le Père Amiot. Faisant sienne la représentation chinoise de la nature, il sait se faire apprécier de l'Empereur Qianlong et devient un de ses peintres officiels. Comme tous les ""passeurs de culture"", mathématiciens, astronomes,    scientifiques, historiens, botanistes, horlogers, il a contribué aux premiers véritables échanges entre l'Orient et l'Occident."

 

 

Camille LAURENS (résumé) :

Romancière, Essayiste et Universitaire

 

« Elle est célèbre dans le monde entier mais combien connaissent son nom ? On peut admirer sa silhouette à Washington, Paris, Londres, New -York, Dresde ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son âge, quatorze ans, et le travail qu’elle faisait, car c’était déjà un travail, à cet âge où nos enfants vont à l’école. Dans les années 1880, elle dansait comme petit rat à l’Opéra de Paris, et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n’était pas un rêve pour elle, pas l’âge heureux de notre jeunesse. Elle a été renvoyée après quelques années de labeur, le directeur en a eu assez de ses absences à répétition. C’est qu’elle avait un autre métier, et même deux, parce que les quelques sous gagnés à l’Opéra ne suffisaient pas à la nourrir, ni elle ni sa famille. Elle était modèle, elle posait pour des peintres ou des sculpteurs. Parmi eux il y avait Edgar Degas. »

 

 

 

Choix d’un site Internet d’un musée non national

 

    Musée des Beaux-Arts, QUIMPER : http://www.mbaq.fr

Retour